Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

Massothérapie Éveline Gagné

Mes mains au service de votre mieux-être!

Mon Blog

Blog

8 conseils pour éviter les chutes sur la glace

Posted on November 22, 2014 at 11:24 AM Comments comments (8)

Ah l'hiver! 

Les tempêtes de neige, les températures sous zéro, les trottoirs mal dégagés, autant de raisons qui peuvent vous amener à visiter l'urgence parce que vous êtes tombés sur la glace. Pour les enfants, l'hiver est une saison excitante. Ils aiment jouer dans la neige et glisser sur la glace. Pour les personnes âgées, c'est une autre histoire. Glace et neige signifient un risque accru de glisser, de tomber et de se blesser. 

Voici 8 conseils pour rendre l'hiver moins périlleux.

Vérifiez vos chaussures.  Vérifier vos chaussures et vos bottes. Vérifier l'état de leurs semelles. Vos bottes sont-elles réputées pour avoir une excellente adhérence? Est-ce le temps d'en acheter une nouvelle paire? Plus l'adhérence d'une semelle est bonne, plus votre stabilité est grande sur des surfaces glacées.

Gardez pelle et sel dans la maison. Pourquoi? Pour éviter d'avoir à marcher sur un trottoir glissant. Si vous avez à marcher jusqu'à votre garage où sel et pelle sont entreposés, cela va à l'encontre de l'objectif visé.

Vérifiez vos rampes.  Si vous avez des rampes d'escalier qui mènent à votre porte d'entrée, vérifiez leur robustesse. Si vous tombiez, seraient-elles capables de vous supporter?

Apportez votre téléphone portable avec vous lorsque vous quittez la maison.  S'il vous faites une chute, il se peut que vous ayez de la difficulté à vous relever. Le fait de transporter votre téléphone cellulaire avec vous, vous garantit la paix de d'esprit.

Ralentissez. Allouez-vous plus de temps lorsque c'est glissant à l'extérieur. C'est lorsque vous vous hâtez que vous pouvez aller au-delà des limites de votre équilibre.  De plus, n'oubliez pas que c'est mieux d'être un peu en retard que de vous dépêcher et de glisser sur la glace et de tomber.

Demandez de l'aide. Si vous avez à traverser un trottoir ou un terrain de stationnement glacé, essayez de trouver un bras solide sur lequel vous pourrez vous appuyer. La plupart des gens se feront un plaisir d'aider une personne plus âgée à se déplacer sur un trottoir glacé. Vous n'avez qu'à demander.

Faites-vous un scénario. Lorsque vous sortez à l'extérieur, demandez-vous: "Si je glisse et je tombe ici, que ferais-je?"

Renforcer vos jambes. Des jambes fortes peuvent vous aider à stabiliser votre démarche si vous glissez. Et si vous glissez, elles sont en mesure de mieux vous aider à vous relever. Faites des exercices ciblant vos jambes de façon régulière pour les renforcer.  Montez et descendez des marches d'escalier ou relevez-vous et asseyez-vous 10 fois d'une chaise plusieurs fois par semaine.

Toutes ces petites actions, lorsqu'elles sont combinées, peuvent rendre l'hiver un peu moins  intimidant. Les personnes âgées gagneraient à améliorer leur stabilité en pratiquant des exercices d'équilibre. Le yoga pour aînés est excellent pour améliorer sa condition physique en se renforçant et en s'assouplissant.

Le jardinage, une activité à hauts risques pour le dos?

Posted on June 18, 2014 at 11:24 PM Comments comments (77)
Le jardinage est une activité à hauts risques pour ceux qui souffrent du dos. Jardiner, c'est se pencher, s'accroupir, soulever des charges et les porter, bref, c'est effectuer toute une série de mouvements qui peuvent être néfastes pour la colonne vertébrale.


De plus, les personnes qui s'occupent d'un jardin ont souvent tendance à effectuer une même activité pendant plusieurs heures, que ce soit bêcher, tailler les arbres ou désherber les plates-bandes, au lieu de le faire régulièrement, mais brièvement. Il est donc fréquent de voir des dorsalgies attribuables à la pratique du jardinage. 

Voici un certain nombre de précautions à respecter pour jardiner de façon sécuritaire:
  • Faites quelques échauffements et étirements avant de jardiner.
  • Faites des séances de jardinage de courte durée si votre dos est fragile.
  • Soulevez une charge en pliant systématiquement les genoux, sans courber le dos.
  • Ne bêchez pas lorsque le sol est dur ou lourd.
  • Travaillez sans hâte, en faisant des pauses fréquentes pour vous détendre et vous étirer.
  • Ne bêchez qu'une partie de plate-bande à la fois; changez souvent d'activité (taille, désherbage, plantation, semis, etc.).
  • Travaillez avec des outils à long manche et de forme ergonomique.
  • Agenouillez-vous sur un tapis de jardin pour planter ou désherber.
  • Lors de la taille, surveillez bien votre dos : l'outil le plus léger devient dangereux si vous le maniez à bout de bras.
  • Arrosez à l'aide d'un boyau d'arrosage plutôt qu'avec un arrosoir ; si vous devez en utiliser un, ne le remplissez qu'à moitié.
  • Organisez votre abri de jardin de façon à ne pas devoir vous pencher pour saisir un outil.
  • Conservez vos sacs de compost dans un abri de jardin et n'y retirer que de petites quantités à la fois.
  • Quand vous bêchez, placez-vous près de la bêche et, pour l'enfoncer, utilisez le poids de votre corps plutôt que les seuls muscles de vos bras. Pliez les genoux et saisissez le manche le plus près possible de la lame. Dégagez la motte et, en la soulevant le moins possible, retournez l'outil pour la faire basculer. Procédez par petites quantités : même si le travail vous paraît plus long, il sera moins fatigant pour votre dos.

Les brouettes présentent un danger pour la personne qui souffre d'un mal de dos chronique. 

  • Choisissez un modèle léger et conçu de manière à ce que le poids porte sur la roue et non sur les poignées.
  • Utilisez la brouette pour les sols plats et fermes, de façon à ne pas avoir à la retenir pour l'empêcher de basculer de côté. 
  • N'utilisez une brouette qu'en cas de nécessité : les mauvaises herbes peuvent être placées sur une bâche ou dans un sac poubelle.

Si vous avez des problèmes de dos, optez pour une tondeuse électrique. Les modèles rotatifs ou à cylindre sont recommandés. Lorsque vous l'utilisez, observez les conseils suivants:

  • Tenez-vous près de la tondeuse et réglez-en les poignées de manière à éviter de vous pencher.
  • Entretenez votre machine régulièrement pour qu'elle démarre facilement, surtout si le démarrage se fait en tirant un cordon.
  • Si vous utilisez une tondeuse mécanique, ne l'utilisez que pour pousser, ce qui représente un moindre mal pour le dos.

Malgré toutes ces précautions, il est possible que vous souffriez d'un mal de dos. Il est possible que vos muscles se tendent et vous causent de l'inconfort en début de saison. Il se peut que votre posture ou votre travail stressant vous occasionnent déjà des tensions dans le dos qui, combinées au travail de jardinage, créent de la douleur.

Quelque soit votre situation, sachez que le massage peut vous aider à récupérer et à soulager la douleur liée à vos activités de jardinage.

Si vous vous trouvez dans cette situation, n'hésitez pas à faire appel à un massothérapeute de votre région.

Pour la Rive-Sud de Montréal, communiquez au 514 647-9008.

Le cancer du sein et le massage

Posted on February 14, 2014 at 8:19 PM Comments comments (153)
Les massothérapeutes rencontrent fréquemment des clientes avec une histoire de cancer du sein.

En 2013, le cancer du sein continue à être le cancer le plus courant chez les Canadiennes de plus de 20 ans. Les statistiques sont alarmantes. Un cancer sur 4 diagnostiqué est un cancer du sein. Il s’agit de la deuxième cause de décès chez les Canadiennes après le cancer du poumon.

Pour celles qui sont atteintes d’un cancer du sein, le massage offre plusieurs avantages. Le massage apporte un bien-être physique qui aide à contrôler les émotions et qui favorise les défenses immunitaires. 

Maria Hernandez, Ph.D., directrice d’un centre de recherche, a mené une étude portant sur les bienfaits de séances cumulatives de massage données à des femmes atteintes du cancer du sein. Les participantes qui ont paraticipé à l’étude ont reçu un massage d’une durée de 30 minutes à raison de 3 fois par semaine durant 5 semaines. 

Des résultats prometteurs
Dans le cadre de cette recherche, deux groupes ont été formés. Les femmes dans le groupe recevant le massage ont rapporté une diminution de l’anxiété, de la dépression et de la panique. De plus, les analyses sanguines ont permis de constater une augmentation des cellules tueuses naturelles et de lymphocytes. Le massage a contribué à diminuer l’œdème et la raideur musculaire aux mains et aux bras, a permis une meilleure mobilité et une diminution des picotements. En plus des bienfaits physiques, un effet bénéfique sur les émotions, une diminution de l’anxiété, du sentiment d’isolement et des effets positifs sur le corps et l’humeur ont été constatés.

Le rôle du massage
Le massage permet de rétablir la communication avec le corps. Il fait en sorte que la personne se sente bien et en confiance. Il favorise la récupération de son énergie pour guérir. Même s’il y a certaines contre-indications à respecter, les bienfaits l’ont emporté sur plus de femmes que les contre-indications.

F.G., une survivante d’un cancer du sein ayant subi une mastectomie en 1969, commente son expérience en massage : "le massage a augmenté la sensibilité de mon corps dans cette région et sur les muscles avoisinants et a aidé mon bras à mieux bouger."

En apprenant le diagnostic, le stress et la peur peuvent en insécuriser plusieurs ainsi que les rendre craintives. L’insomnie, l’inquiétude de savoir si la tumeur va évoluer et quand sont des éléments inquiétants.

Le massage procure toujours une sensation de bien-être. De plus, des études récentes prouvent que le massage élimine le stress, l’anxiété, la dépression et la douleur. Ces études ont fait reconnaître auprès des professionnels de la santé que le massage apporte des bienfaits physiques et améliore l’état affectif des personnes. Le massage contribue positivement aux défenses immunitaires. En effet, en étant plus détendues, les femmes ressentent moins de stress et d’anxiété, ce qui favorise l’activation de leurs défenses immunitaires. 

Le diagnostic et les traitements médicaux
Un bon moyen de déceler une tumeur est l’auto-examen des seins une fois par mois. L’investigation de la tumeur se fera par mammographie, ultrason ou biopsie. Si le tissu est malin, les ganglions situés près du sein affecté seront enlevés et examinés pour déterminer la progression de la tumeur. 

Si cela s'avère nécessaire, les ganglions seront enlevés, ce qui causera des dommages aux structures nerveuses et qui aura comme conséquence une sensation d’engourdissement et une diminution de la mobilité du bras. À cause de l’ablation des ganglions axillaires, la personne risque de développer un lymphœdème pour le reste de sa vie. En plus de la chirurgie, d’autres traitements, comme la chimiothérapie et la radiothérapie, compléteront si nécessaire le traitement. Des exercices, comme serrer une balle dans la main, pourront aider à rétablir la mobilité de la main et du bras. 

Effets sur le corps
Le massage des origines et des insertions des muscles de la région, les techniques myofasciales et les exercices de respiration aideront le corps à retrouver le calme et les tissus à se détendre. Les symptômes neurologiques et la douleur seront grandement soulagés par le massage du thorax et de l'arrière de l’épaule. L’œdème sera aussi un problème important.

Contre-indications et directives sécuritaires pour les massothérapeutes
- Ne pas faire de massage à une personne en plein traitement de radiothérapie ou de chimiothérapie si vous avez le moindre signe d’un rhume ou d’une infection virale (grippe), puisqu’une personne en traitement est vulnérable aux infections, ses défenses immunitaires étant affaiblies.

- Ne pas appliquer de chaleur et ne pas faire de travail directement sur le site d’une tumeur puisque les cellules tumorales peuvent se répandre.

- Ne pas faire de travail sur des nodules hypertrophiés puisque la cause peut être une infection bactérienne ou virale ou une masse tumorale.

- Ne pas faire de stretching ni de mouvements des articulations en présence de tumeurs malignes des os, puisque les os sont plus fragiles et il y aurait risque de fracture.

- Ne pas faire de massage suédois à une personne fiévreuse. La fièvre est un signe d’infection et les défenses de la personne qui subit des traitements de chimiothérapie sont diminuées. 

- Ne pas faire de manipulation sur un site de nodules qui ont été enlevés durant 7 à 10 jours pour donner le temps aux nouveaux vaisseaux lymphatiques de se former afin de remplacer ceux qui ont été enlevés. Une manipulation risquerait de briser et d’empêcher ces nouveaux vaisseaux de se former.

- Ne pas faire de massage profond ou de manœuvres agressives dans la région opérée ou ayant subi une radiothérapie, c’est-à-dire la région des épaules, du bras et des pectoraux.

- Attendre 6 semaines, avant d'effectuer un travail transversal des fibres aux blessures résultant de la chirurgie.

- Ne pas appliquer de chaleur sur les régions ayant subi la radiothérapie puisque la chaleur augmente la destruction des tissus et la brûlure.

- Ne pas appliquer d’huile avant un traitement de radiothérapie, l’huile pouvant interférer dans la direction où doit être dirigée la radiothérapie. L’huile augmente aussi le risque de brûlure.

- Ne pas faire de massage aux extrémités, la chimiothérapie cause la destruction des cellules qui se divisent rapidement telles les cellules tumorales. La diminution du nombre de plaquettes favorise la destruction des tissus.

- Ne pas faire de traitement d’une durée de plus de 2 heures à une personne qui va aller en chimiothérapie, car le traitement causerait une fatigue excessive et favoriserait la libération de toxines des tissus.

- Ne pas faire de mouvement sur le mamelon.

- Se servir de mouvements de toute la main et des doigts. Ne pas faire de technique de friction profonde avec seulement le pouce ou un doigt.

- Ne pas faire de percussions.

Il est souhaitable d'appliquer des compresses d'eau avant le massage. Des compresses froides soulagent la congestion, des compresses chaudes ou l’application de paraffine détendent et ramollissent les tissus. Alterner 3 minutes de chaleur/1 minute de froid contribue à l'augmentation de la circulation sanguine.

Pelleter en ménageant son dos et de façon sécuritaire, est-ce possible !

Posted on November 27, 2013 at 4:36 PM Comments comments (19)
Oui, c'est possible! Saviez-vous qu’une pelletée de neige pèse entre 2 et 3 kg ? 

Si l'on compte le nombre de pelletées nécessaires pour déneiger une entrée, il est facile d’imaginer les centaines de kilos qu’il faudra soulever pour y arriver ! 
Mal pratiquée, la corvée de déneigement peut causer de nombreuses douleurs musculaires et articulaires. Voici quelques astuces qui vous permettront d’éviter ces désagréments. 

1. Ne pas laisser la neige s'accumuler. Si chutes de neige sont prévues durant plusieurs jours, pelletez au fur et à mesure de petites quantités de neige à la fois. 

2. Choisir une bonne pelle. Utilisez une pelle légère et poussez la neige avec une pelle de «type traîneau».  

3. Choisir une pelle dont le manche est suffisamment long, mais qui ne dépasse pas les épaules, pour éviter d’avoir à se pencher pour travailler.
 
4. Pour une lame en métal, vaporiser du Téflon pour empêcher la neige d’y adhérer. 

5. Pousser la neige plutôt que la projeter. Si vous n’avez d’autre choix que soulever la pelle, procédez avec de petites pelletées (encore plus petites quand la neige est mouillée) et projetez la neige en faisant face à l'objectif à atteindre, ce qui vous évitera de faire de brusques mouvements de torsion pouvant mener à des entorses lombaires et des hernies discales. 

6. Ne jamais projeter la neige plus haut que la hauteur des épaules, et encore moins par-dessus l’épaule. 

7. Plier les genoux. Servez-vous de vos genoux, des muscles de vos bras et de vos jambes en maintenant le dos droit. 

8. Écarter suffisamment les jambes pour avoir un bon équilibre et tenir la pelle près de soi. 

9. Changer souvent de côté. Pelletez la neige autant à droite qu'à gauche. Ainsi, vous répartirez la charge de façon symétrique sur le corps et lui permettrez ainsi de se reposer... 

En respectant ces quelques consignes, vous vous assurerez de garder votre dos en santé ! 

Pratiquée de cette façon, la corvée de pelletage peut être une excellente activité physique. Toutefois, cette activité peut s'avérer dangereuse pour certaines personnes à risques.

Chaque année, crises cardiaque ou d’angine causant la mort se produisent lors de la pratique de cette activité. Ces incidents prouvent que ce n’est pas tant la nature de l’exercice qui est en cause, mais plutôt la façon d’exécuter cette activité.

Le secret pour pelleter de façon sécuritaire est le travail par intervalles, en alternant période de travail et période de repos. Au début de la saison, la période de travail ne devrait pas excéder 2 minutes, et la période de repos devrait être de même durée. 

Plus on progresse dans la saison, plus l’organisme se conditionne et s’adapte à cette activité vigoureuse. On peut dès lors augmenter la période travail et réduire progressivement la période de repos. (Voir le tableau ci-dessous)  


Outre le travail par intervalles, le rythme de travail et l'intensité sont également importants. L’intensité de l’effort doit être de faible à modérée. En d’autres mots, vous devriez être capable de tenir une conversation sans être essoufflé. Débutez la saison à un rythme de 10 à 12 pelletées à la minute sans excéder 15 pelletées à la minute. 

En suivant cette progression, vous pratiquerez cette activité de façon sécuritaire.

À vos pelles!!!

Bonne saison hivernale!

Aspartame, le tueur silencieux

Posted on October 8, 2013 at 4:13 PM Comments comments (124)
Si vous êtes de celles ou ceux qui aspirent à perdre du poids en consommant des produits qui contiennent de l'aspartame, ce diaporama saura sûrement capter votre attention. N'hésitez pas à le partager avec tous ceux que cela pourrait intéresser.

Aspartame.pps (PPS — 678 KB)
L'aspartame, le tueur silencieux
Conférence mondiale sur l'environnement, la Fondation de la sclérose en plaques et la FDA


Merci de nous faire part de vos commentaires dans la case ci-dessous!


0